Le port de la Madrague de Giens décroche la certification “Ports Propres” actif en biodiversité

Premier port de la Métropole certifié actif en biodiversité

C’est une marche supplémentaire vers l’exemplarité environnementale des ports de la Métropole TPM. La Madrague, petit port typique de Giens a récemment obtenu la certification Ports Propres actif en biodiversité par L’Association Française de Normalisation (AFNOR). Une précieuse reconnaissance qui valorise le travail et l’implication des agents de la direction Aménagements, Ports, Mobilités et Énergies. En équipe, à force de patience, d’expérimentations et avec beaucoup de passion, ils ont réussi le défi de ramener la biodiversité terrestre sur le site, luttant, par la même, contre une problématique bien connu de nos côtes, l’érosion marine.

Contexte

Depuis 2011, la Métropole a décidé – pour les ports de plaisance en gestion directe, pour lesquels elle exerce l’autorité portuaire – de s’inscrire dans une démarche environnementale de Certification européenne « Ports Propres ». Cet engagement a été pris pour limiter l’impact de l’exploitation portuaire sur l’écosystème maritime et littoral. Il s’agit de faire changer les comportements et participer à restaurer le milieu naturel.

Une première étape a été franchie, avec l’obtention de la certification « Ports Propres » entre 2017 et 2019 pour un certain nombre d’entre eux (cf. tableau ci-dessous) ; d’autres ports sont en cours d’obtention de cette labellisation pour 2023/2024.

 

 

Un projet collectif et fédérateur 

Localisé au cœur d’un paysage hyérois unique, à l’entrée du site classé de la presqu’île de Giens et du Parc National de Port Cros, ce petit port de plaisance, à la forte identité arbanaise est soumis l’hiver aux inlassables assauts du vent de mer (sud-ouest) et submersions marines qui rongent progressivement son récif. Face à ce constat, un projet de protéger la berge tout en valorisant la biodiversité* est né sous l’impulsion du service Études générales stratégiques et environnementales qui, associé à certains maîtres de port, se sont formés dès 2014 au Lycée agricole de Hyères. L’ équipe très motivée pour redonner vie et protéger efficacement le trait de côte du port de la Madrague a ainsi acquis de solides bases en compositions paysagères et en botanique, et plus particulièrement en plantes méditerranéennes, conseillées pour l’aménagement des sites portuaires.

 

À l’origine du projet, nous voulions combattre l’érosion de la berge par des moyens naturels tout en optimisant la préservation du site ;  Pour ce faire, nous nous sommes tournés vers des moyens naturels, en restaurant le site avec des essences méditerranéennes propres à ce petit port de pêche. C’est un travail d’équipe que nous avons initié et réalisé entièrement en régie explique Maryline Cuesta, chargée de mission, spécialisée dans l’aménagement paysager durable des interfaces ville-port

 

À ces côtés depuis le début du projet, Franck, Soule Susbielles, maitre de port indique: « C’est une réelle passion ! Savoir quelle espèce résiste à la mer ? Savoir quoi planter pour retenir la terre et éviter qu’elle s’en aille à chaque coup de vent ? Ça nous plait ! Donc la motivation est d’autant plus importante. Les retours très positifs des usagers nous encouragent aussi à poursuivre.

La Madrague, est un port de plaisance méditerranéen ouvert vers la mer et donc, par sa position, sujet aux tempêtes. L’objectif était donc de le protéger dans le respect de son identité. « Notre mission, dans la lignée de la Charte du Parc national de Port Cros mais aussi de l’Opération Grand Site de France a été d’agir sur l’environnement tout en préservant le paysage naturel et son histoire, ajoute Maryline.

En prenant exemple sur la route du sel, nous avons décidé d’installer des clôtures en bois. Puis, on a commencé par sélectionner certaines plantes. Au fils du temps, des hivers, des tempêtes, on a observé les espèces qui résistaient et celles qui, à l’inverse, disparaissaient. Ainsi, en quelques années, à force de patience et d’expérimentation, nous sommes arrivés à ce cheminement à la fois, naturel, esthétique, résistant et résilient où la biodiversité (papillons, abeilles, oiseaux…) est bien présente, informent-ils.

 

La berge avant renaturation

La berge 1 an après renaturation

Un partenariat gagnant/gagnant

Il s’agit d’un projet collectif qui repose sur un transfert de connaissances théoriques et pratiques entre le Lycée agricole de Hyères et le Service espaces verts de la Métropole, qui coopèrent sous l’autorité du Maître de port. Une convention de partenariat avec le Centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CERFA)  de Hyères et la direction des ports de TPM a ensuite permis la collaboration de différents acteurs représentés, entre autre, par le Service Espace public de la Direction Générale Territoire et Proximité de la Métropole, le chargé de mission Développement durable de la mairie de Hyères et les services du Parc national de Port-Cros et du Conservatoire du littoral. Tous les acteurs de ce projet exemplaire ont ainsi apporté, pour les uns leur connaissance en matière de jardinage, botanique et d’approche artistique, et pour les autres leur expérience terrain de cet entre-deux mers aux exigences littorales et paysagères fortes. 

 

2 actions programmées en 2022/2023

1 action pour agir sur la biodiversité terrestre :

  • Une convention à venir avec la LPO (Ligue de protection des oiseaux)
  • Des diagnostics patrimoniaux et des inventaires naturalistes
  • La mise en place d’équipements : hôtels à insectes, nichoirs
  • Végétalisation des terre-pleins

 1 action pour agir sur la biodiversité marine :

  • Restauration écologique : nurserie à poissons et suivi écologique en projet.

Ces deux actions amèneront à conduire des opérations de sensibilisation et d’éducation à l’environnement maritime et terrestre faisant des ports de plaisance métropolitains des exemples et des messagers de la préservation des milieux et de la lutte contre la pollution marine et des porteurs d’exemplarité.

Budget de l’opération  

Le montant total de la certification AFNOR « Ports Propres actifs en Biodiversité » est de 4795 euros HT repartis sur 3 ans (2022-2024).

 

Le partenariat Lycée agricole du Hyères/Services de TPM est qualifié de « Win/Win** », chacun trouvant dans l’opération sa rémunération sous forme de partage d’expérience et de connaissance.

 

 

*La biodiversité désigne l’ensemble des êtres vivants ainsi que les écosystèmes dans lesquels ils vivent. Ce terme comprend également les interactions des espèces entre elles et avec leurs milieux.

* *Win/Win = Gagnant/Gagnant